WJDR- Les Milles Trones

Chapitre III: La Croisade de l'Enfant

Kurt, Aral et Tan A Rion se réveillèrent au village natal d’Aral, à quelques lieues d’Ubersreik. Ils n’eurent pas le temps de reprendre leurs esprits après leurs aventures de la veille dans cette affreuse maison: avertis par un ami de Tan A Rion, ils durent se rendre en toute hâte à un endroit dénommé “la Paye du Moissoneur”, à proximité de Carroburg, où leurs compagnons seront menacés d’un grand danger.

Les trois compagnons prirent donc le premier bateau en direction de Carroburg dans l’espoir d’arriver à temps au lieu dit.

Pendant ce temps, Elgram retrouva Gerlach dans une auberge. Ne pouvant soigner eux-même la jambe d’Albrecht il le laissèrent aux bons soins du premier chirurgien qu’ils trouvèrent à Pfeifeldorf et prirent la route à la suite de la Croisade. Après une journée de voyage ils arrivèrent à un relais de coche fortifié par de hauts murs d’enceinte et arborant comme emblème une faux sur une botte de foins. Sous la menace grandissante de l’orage ils constatèrent que les bâtiments étaient abandonnés depuis peu de temps. Ils ne furent toutefois pas étonnés d’y retrouver Kurt, Aral et Tan A Rion…

Gâté par sa bonne étoile, Albrecht put bénéficier des soins d’un magicien de passage à Pfeifeldorf, autrement plus compétent que le chirurgien qui s’apprêtait à l’amputer de sa jambe. Sa guérison fut instantanée, et malgré une légère douleur il put monter en selle et tenter de combler son retard. Il arriva au relais sous les premières gouttes de l’orage.

Fouillant le relais après avoir fermé le portail ils y trouvèrent des tracts proclamant la gloire de l’Enfant, et tout indiquait que les occupants des lieux étaient partis précipitamment. Kurt et Gerlach inspectèrent patiemment toutes les pièces de l’auberge et ils y gagnèrent quelques richesses. Kurt découvrit également un elfe, caché sous un lit d’une des chambres. Peu prolixe, celui-ci accepta tout de même de narrer la raison de sa présence dans ce lieu. Il était membre d’un cortège elfique se rendant en pèlerinage à une pierre gardienne qui fut attaqué par une harde d’homme-bêtes. Il en était le seul survivant. Il se cacha dans cette bâtisse pour recouvrer ses forces avant de retourner auprès de son peuple en Athel Loren.

La nuit était maintenant tombée. Un coche se présenta à la porte de l’auberge. L’identifiant comme la propriété d’un ordre sigmarite ils le laissèrent entrer, et firent la connaissance de l’interrogateur Johannes, de son initié Nils et des deux porte-marteaux l’escortant.

Les lieux paraissant surs, tous se séparèrent tout en assurant un tour de garde. Bien leur en pris car des mutants se faufilèrent par le puits appuyé contre l’enceinte. Certains souhaitèrent les interroger, mais l’intervention d’un porte-marteau, harangué par le père Johannes brusquement réveillé, mis une fin brutale à leur existence. Profitant de l’occasion, Kurt et Gerlach forcèrent l’imposant coffre du prélat et l’allégèrent d’un peu de son contenu.

D’autres mutants assaillirent alors les murailles, mais ils furent interrompus par la note sombre d’un cor tout proche. “Les hommes-bêtes!” cria Johannes, “protégez-moi!”. L’assaut fut presque insoutenable, des dizaines d’hybrides de bêtes et d’hommes se jettèrent contre les murs, massacrèrent les mutants et mirent à mal les défenseurs, utilisant des cordes et des grappins pour atteindre les créneaux.

L’orage grondait terriblement, la pluie tombait à verse et des éclairs zébraient le ciel. Ne perdant pas courage ils s’opposèrent à l’assaut. Elgram cru rencontrer son destin face à deux affreux minotaures qui explosèrent la porte sous les coups de leurs haches à deux lames aussi grandes que lui, mais son histoire ne devait pas se conclure pas ce soir là. Aral joua de son marteau sur les remparts, parvenant même à faire chuter un énorme Bestigor du chemin de ronde. Kurt et Gerlach et ne faillirent pas, tranchant les cordages des assaillants et les repoussant l’un après l’autre. Tan A Rion élimina plusieurs bêtes de ses traits précis, et affaibli les minotaures autant qu’il le put. Malgré sa jambe blessée, Albrecht faucha les monstres qui passaient par le portail brisé et attaqua les minotaures de dos lorsqu’il se jetèrent sur Elgram.

Profitant de l’intervention soudaine d’elfes sylvains ils purent achever le Bestigor qui s’était relevé de sa chute et ses derniers séides. Ne perdant pas de temps, ils durent abandonner les lieux désormais indéfendables. Ils suivirent les elfes dans les bois, le père Johannes pestant contre la difficulté de progresser en forêt.

Ils atteignirent une clairière, sans subir d’attaque malgré les vociférations de l’interrogateur sigmarite. Les elfes se révélèrent être en quête du campement de la Croisade, ils y accompagnèrent donc les aventuriers après quelques heures de repos.

Le lendemain, la petite troupe atteignit le site où les croisés s’étaient installés. Un millier de personnes se tassaient dans ce qui étaient auparavant les champs d’un petit village impérial. On avait dressé une estrade sur la place du village bondée de monde, et c’est là qu’ils l’aperçurent…

L’Enfant sortit d’une tente derrière l’estrade, monta sur un bouclier porté par deux templiers qui se placèrent sur l’estrade afin que tous puissent voir le garçon. L’Enfant leva les bras, et la foule entière tomba à genoux devant lui. Il s’adressa à eux mais les aventuriers étaient très éloignés de l’estrade et ne purent entendre son discours.
Voilà donc celui qu’on disait être Sigmar…

Le discours terminé l’Enfant s’en retourna sous escorte à sa propre tente, cerclée d’une enceinte en toile au centre du campement à quelque distance de la place du village.

Les elfes étaient déterminés à éliminer l’Enfant dès ce soir, demandant à Tan A Rion de leur fournir des renseignements sur l’organisation du campement. Le père Johannes approcha Gerlach avec une lueur cupide dans les yeux et lui proposa de capturer le garçon. Ce dernier était véritablement au centre de toutes les attentions.

Aral réussit à rencontrer le grand prêtre de Marienburg et à obtenir l’autorisation de servir au sein du culte en assurant la sécurité de l’enceinte. Plusieurs tentatives d’assassinat, fomentées par des incroyants, avaient déjà eu lieu à l’encontre de Sigmar.

Après avoir constaté la présence de factions hautes en couleur parmi les fidèles et d’un nombre important de soldats professionnels commandés par deux capitaines, les aventuriers décidèrent d’organiser une diversion. Grâce à des villageois à l’ouest du campement, une manifestation serait organisée par Albrecht. Les elfes s’infiltreraient avec Tan A Rion par les bois à l’Est. Dans l’enceinte, Aral et Gerlach (qui put rejoindre la garde après avoir dénoncé Johannes) s’approcheraient au plus près de l’Enfant lorsque le nombre de soldats aurait diminué et le tueraient.

Les diversions eurent l’effet escompté, et même un peu plus… A l’est les Elfes détectèrent une odeur de putréfaction et des bruits sourds venant de la forêt. Des zombies guidés par des goules traversèrent leur position et s’en prirent aux croisés dans leur sommeil, plongeant cette partie du camp dans la plus grande confusion jusqu’à ce que des chevaliers et des soldats interviennent.

A l’ouest la manifestation dégénéra lorsque les villageois mirent le feu à de nombreuses tentes, plongeant également cette partie du camp dans la panique.

Des goules pénétrèrent l’enceinte et s’en prirent aux gardes restant. Aral et Gerlach, restés en retrait, virent une chauve-souris s’engouffrer dans la tente de l’enfant avant de se transformer en une bête énorme… qui déchira une partie de la toile, arracha le poteau de la tente en se jetant sur la garde rapproché de l’enfant. Les corps volèrent malgré les volées de flèche qui atteignirent le monstre: les elfes avaient contourné le camp vers le Nord dans l’espoir d’atteindre l’enfant mais ils ne purent le toucher, tous les traits pénétrant la chair de la créature. Un capitaine put lui asséner un coup de son épée bâtarde qui lui trancha la gorge. Le monstre reculant en hurlant, se changea en chauve-souris et profita de la confusion générale pour s’enfuir dans les ténèbres.

Aral et Gerlach posèrent enfin les yeux sur l’enfant et plus aucun doute ne subsista dans leur esprit au vu de Sa lumière. N’ayant pas failli face à l’horreur ils purent intégrer définitivement la garde de l’Enfant, ce qui les combla de joie.

Albrecht fut félicité par un chevalier après avoir rejoint le combat contre les non-morts animé par sa foi envers son dieu tutélaire, mais il prétexta devoir honorer ses devoirs pour ne pas rencontrer l’Enfant.

Les Elfes s’en furent, dépassés par les évènements et Tan A Rion entrepris de remonter la piste à l’origine des morts-vivants.

Peut-être béni, ou simplement chanceux, Karl, l’héritier de Sigmar, venait d’échapper à nombre de périls…

Comments

Fenris78

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.