WJDR- Les Milles Trones

Chapitre I: L'appel du Chaos, 1ère partie
Marienburg et l'enfant de Sigmar

A mon ordre : Compte rendu de Ravandil
Après un long voyage vers Marienburg, engagé pour une mission par vous même mon maitre, je me suis retrouvé devant une porte close dans la librairie douteuse (exotique ?) que je cherchais. L’homme que je voulais interoger n’est plus la, parti dans la croisage pour l’enfant. Cet enfant qui est à priori l’héritier de Sigmar. Sa marque de naissance, le prouve ??? surement…. en tout cas tout le monde en est persuadé.

Mais en chemin, des aventuriers bruyants attirent mon regards d’elfe. Malgrès un nain suicidaire, ceux ci ont l’air bien décidé à percer le mistère de l’Elu… surtout un pretre de Sigmar qui ne manque aucune occasion de faire valoir ses preceptes chevaleresque.
Je decide de me joindre à eux, ils m’assureront protection en cas de coup durs, et j’attendrais mon but plus rapidement, même si cela doit passer par leur apporter mon aide dans leur quete.

Nous partons donc, de marchands en marchands (pas toujours très courageux !), de temples en temples…..
Les pretresses de shallya ont assuré la protection de l’enfant depuis son arrivée (apporté par un Sigmarite)… D’ou vient cet enfant, il semble etre tres particulier. La pretresse a été remplacé recemment, la vieille mere abesses a eu le malheur de mettre en doute le fait que l’enfant est l’heritier…. qu’elle honte ! ou quelle clairvoyance !

Si l’enfant est vraiment l’heritier, pourquoi les pretresses ne l’ont elles pas presenté aux Sigmarites plus tot ?
La mère abesses actuelle ne semble pas vraiment hors de tout soupcon… même le nain a des doute …. c’est dire.

L’enfant aurait soit disant eliminer des cultistse à coup de marteau…. son pouvoir semble etre veridique, mais est il vraiment issue de la puissance de Sigmar ??? La marque semble etre apparue bien après sa naissance, et etrangement après son enlèvement par des cultistes !
Allons donc… des cultistes noirs, il n’en fallait pas plus pour le Sigmarite pour aller bruler quelques impies…et je ne suis pas contre… quiconque utilise les pouvoirs obscurs, sera détruit par ma main…. j’en ai deja trop vu, je ne permettrai pas que d’autres que ma bienaimée subissent ces aberrations !

Mais un repurgateur doute, celui qui a receuilli l’enfant, le sauvant de cultiste du chaos. Mais lui aussi a été mis au banc de la société pour avoir douté de la véracité de l’heritage de l’enfant… soit, même enfermé, nous irons lui parler. Et ce n’est pas deux pauvre gardes qui nous en empècheront. Mon pouvoir les soumettra, l’un s’endort tres vite, et l’autre tombera sous les coups… Mais je suis découvert, l’usage de ma magie a eveillé les soupcons du sigmarite… Mes intentions sont les mêmes que les siennes pourtant, la destruction du mal, mais son education par les pretres le pousse à suspecter tout ce qui utilise les vents de magie !

Je sais qu’il me surveille, mais je ne renoncerai pas…. elle sera vengée !

Nous savons désormais ou la secte des cultistes s’était réunie, et si tous n’avais pas été tués, le repurgateur sais que certains se sont échappés !! Nous allons remedier à cela.
Mais le chemin est rude, des marais , encore des marais, beaucoup ont peur, de ces créatures tapies dans l’ombre et l’eau croupie… Je ne les craint pas, elles m’intriguent plutot… surtout les sangsues géantes des marais. En chemin, mes yeux d’elfes ont évité la catastrophe, personne ne l’avait vu sous le bateau… un monstre géant des marais, et nous avons survécu, certainement pas grace au nain !!!

Mais nous les avons trouvé, les cultistes sont bien encore la ! plus difformes et altérés par le chaos que jamais !
Comment est ce possible que les repurgateur n’aient pas fini le travail ! Nous si ! tous ont été masacrés, torturés avec grand plaisir… Mais je me rend compte que nos méthodes divergent, le pretre préfère frapper, détruire, sans se préocuper d’obtenir des renseignements, brutal, trop peut etre. Les cultistes survivant m’ont bien amusé, et la sangsue récupérée en chemin (grace au spadassin), est un bien bel outil pour soutirer des renseignements… amusant, sournois et jouissif, que de causer la peur… un jour moi aussi je la provoquerai, rien qu’a ma vue, les sorciers noir eux même, mouilleront leur pantalon, je le jure… en particulier celui que je cherche !

Nos doutes se confirment, l’enfant n’est pas du royaume de Sigmar, mais bien l’enfant du chaos, issu des cultistes corrompus… ils préparaient cela depuis longtemps. Un enfant, doué de pouvoir charmeur, capable d’assouvir la volonté du chaos, en cachant la vérité derrière un charme surnaturel…. quel plan sournois… mais efficace.

Le culte est détruit, enfin je le crois. Mais notre quete continue…. Le libraire que je cherchait est parti, mais je sais ou le trouver ! et quand ce sera le cas, il regretera d’etre né ! Il me menera peut etre à lui ….celui qui m’obsède…

finalement ce groupe est peut etre bien le moyen d’assouvir ma vengeance…. même le pretre comprendra un jour mes motivations !

Je verrai bien ou les vents pourpres me mèneront…

A ma sangsue : tu m’as bien servi, ta mort ne m’attriste pas, je t’ai utilisé, et je te retrouverai un jour, au royaume des mort !

Ravandil

View
L'aventure commence fort...

Journal de Tan A Rion Mècheblanche, Mittleresdorf, jour 12

Mon départ s’était passé sans problèmes particuliers. J’avais quitté les miens quelques jours auparavant, et l’ombre apaisante de la forêt commençait déjà à me manquer, tandis qu’à bord d’une embarcation douteuse je suivais le Talabec vers la capitale.

Cependant, j’étais curieux de retrouver Marienburg, la cité près de laquelle j’avais grandi et dont je m’étais éloigné durant ces années.

Arrivé à Altdorf, il fut aisé de trouver un navire marchand qui remontait le Reik, emportant avec lui de l’armement de Nuln à destination du grand port.
Les quelques hommes n’étant pas des membres d’équipages se composaient d’un assemblage hétéroclite d’une dizaine de soldats impériaux, un nain rugueux mais débonnaire, et un jeune homme à peine sorti de l’enfance, portant une robe et les attributs de Sigmar.

La suite fut plus mouvementée : une bande de pirates crasseux s’en prit à notre navire, mais nous parvinrent à les repousser, non sans subir une tentative de sabotage en partie évitée par mes deux compagnons de voyage.
L’escale forcée dans un village fluvial, Mittleresdorf, retardait mon voyage de plus de trois jours. Ce délai, de prime fort contrariant, se transforma vite en partie de chasse à l’homme : La fille d’un riche noble en fuite avait causé la mort des villageois chargés de la retrouver. Le récit du seul survivant fut à peine suffisant pour retrouver la piste d’une bande de hors-la-loi, suspectés d’avoir incité la fille à les rejoindre (une histoire d’amour typiquement humaine).
Nous tombâmes sur le cadavre encore chaud du forgeron local qui, après nous avoir cordialement accueilli avait décampé avec pertes et fracas. L’épée rouillée saillant encore d’entre ses côtes ne présageait rien de bon quant à l’identité de ses meurtriers…

La piste nous conduisit dans une cavité à flanc de rochers, dans laquelle ne restaient guère plus que des cadavres humains éparpillés. Le présumé “amoureux” de la jeune humaine, encore vivant, put nous renseigner sur l’attaque. Les skavens, ces immondes créatures, avaient creusés leurs galeries à travers toute la colline.
Après avoir croisé leur logis nauséabond au centre du labyrinthe de leurs terriers, la piste nous mena à l’air libre, en pleine forêt.
Les rats s’étaient arrêtés et nous prirent en embuscade, mais quelques flèches et coups de marteau mirent fin à leurs pitoyables existences. La jeune disparue fut libérée et ramenée au village, mais son ventre montrait tous les signes d’une grossesse avancée et très anormale.

Nous questionnâmes son père au sujet de ses rapports avec les hommes-rats : les seuls mots intelligibles du chef des bêtes indiquaient que la fille était un don aux sombres puissances. Le père, adoptif, y était sans doute pour quelque chose…
Nous n’eurent pas le temps de pousser l’interrogatoire, car les skavens envahissaient la maison, sans doute en représailles. Nous les abattîmes jusqu’au dernier.
Le jeune initié Sigmarite se rua sur le noble après avoir été témoin de ses talents magiques. Je dus bien malgré moi lutter pour ma vie, alors que les anciens alliés étaient maintenant ennemis.
A peine le combat achevé, nous allâmes prévenir le guet, qui attesta la sorcellerie du noble au vu de son laboratoire secret.

La jeune fille, laissée dans les faubourgs sous la garde du prêtre du village, nous réserva une macabre surprise à notre retour : les paysans avaient été à demi dévorés par la chose hideuse qu’elle était devenue. Je dus faire appel à la force d’Isha et de Kurnous réunie pour soutenir l’horreur de cette vision : une abomination noire et tentaculaire, au ventre distendu et garni d’une gueule béante, se tenait à la place de l’infortunée humaine.
Fort heureusement, le combat qui s’ensuivit ne causa que la mort de l’horreur chaotique, qui retourna dans les abysses qui l’avaient vu naître.

Mes deux compagnons d’armes firent preuve de bravoure, et je dois avouer que leur compagnie ne m’est plus aussi indifférente qu’aux débuts.
Ce qui s’était annoncé comme un voyage sans histoire se révélait mouvementé, non que ce fut pour me déplaire, et le dépaysement annoncé me replongeait au contraire dans l’excitation de la bataille…

Nous repartîmes à deux pour Marienburg, notre compagnon nain ayant eu l’amabilité de nous fournir quelques pièces d’équipement, en même temps qu’il prenait possession de la forge à l’abandon.
Je sentais que j’étais loin d’être au bout de mon périple, et que de sombres nouvelles pourraient bien nous attendre…

Qu’importe, j’aviserai une fois ma mission accomplie…

View

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.